Archives par mot-clé : FAQ

FAQ Collapso 5 : Quoi répondre a … ? Auto-défense climatique.

Ceci est une FAQ (Foire aux Questions) centrée sur l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle suite à l’effondrement du climat planétaire, des écosystèmes, de la biodiversité, et des réactions en chaîne de tous ces facteurs combinés avec l’épuisement des énergies fossiles.

L’objectif est de réduire le nombre de questions en doublon sur le fil d’actualité des groupes Transition 2030 et Transition 2030 Paris et d’obtenir un document final regroupant toutes les questions possibles et imaginables que vous vous posez sur l’effondrement et la transition avec en plus les réponses de tous pour chaque question.
La création de ce document s’opérera par étapes avec des séries de 10 questions chaque semaine.
Une partie des questions ont déjà été récupérée mais vous aurez la possibilité de poser vos propres questions à la fin de chaque série. Celles-ci seront mises par la suite en attente et posées aux membres dans une série à venir.

Attention, le document final sera public, dans un premier temps pour T30 et dans un second temps en libre accès au public si une demande extérieure il y a.

 

/!\ Quand on cherche à sensibiliser quelqu’un, et encore plus quand on cherche à faire changer d’avis, il y a une posologie à respecter : http://blog.sbequignon.me/comment-sensibiliser-plus-de-monde-aujourdhui/

Que je préfère écouter les 99% des scientifiques qui sont arrivés à un consensus. Et que le changement climatique, c’est l’arbre qui cache la forêt, un symptôme d’un problème bien plus vaste et des pollutions que l’on génère tous les jours. Et que heureusement pour moi, la nature et les réactions chimique qui s’opère en ce moment n’en ont rien à faire de son avis personnel.

Ça nous empêchera pas d’essayer de créer un monde meilleur tous les deux.

2500 experts scientifiques et relecteurs originaires
de plus de 130 pays mis à contribution par le GIEC

831 auteurs choisis parmi 3000 candidats
8 organes : une assemblée générale, un bureau,
un secrétariat, trois groupes de travail, une équipe
spéciale sur les inventaires, une équipe responsable
de la diffusion des données

36 membres du bureau, dont 1 président et 3 vice-présidents

6 millions d’euros environ de budget annuel

5 rapports d’évaluation (1990, 1995, 2001, 2007, 2013-2014).
136706 commentaires formulés par les experts pour le 5e rapports.

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/08/02/dereglement-climatique-les-cinq-critiques-recurrentes-adressees-au-giec_5495740_4355770.html

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/ONERC_Livret_Mieux_comprendre_le_GIEC_2018.pdf

https://citoyenspourleclimat.org/wp-content/uploads/2019/03/ResumeGIEC-CPLC-web.pdf

Les cycles du soleil ? On parle de phénomène qui devrait avoir lieu sur des 10aines de milliers d’années, alors que ce que l’on est en train de mesurer se passe en quelque décennie.

Il faut de l’énergie fossile pour installer des énergies renouvellables. L’énergie fossile est partout et est d’une efficacité à toute epreuves.

Même avec une énergie propre et perpétuelle, de la façon dont la société est faite aujourd’hui, cela accélererait juste la machine infernale.

Aujourd’hui, le peu d’énergie renouvelable qui a été installé équivaut à peine aux nouveaux nées chaque jour. On ne remplace rien, on ajoute.

Pourrions nous vivre comme aujourd’hui avec juste des renouvelables ?

Même si c’était le cas, aujourd’hui on ne peut compter sur une nouvelle technologie miracle, une technologie qui n’existe pas encore.

Et tant que nous changeons pas le système autour, rien ne changera, il n’y a pas d’unique solution.

On sera juste plus efficace pour détruire le monde à petit feu.

Nous avons déjà changé notre planète, et pas en bien…

Et pour savoir si tout l’humanité pourra se déplacer sur autre planète, je doute que les gens normaux pourront espérer y participer. Et je doute que ce soit une bonne expérience d’aller vivre sur une planète hostile tout seul et dépendant de ressources limitées.

Ou pas ! La croissance est une bonne chose lorsqu’elle se répercute sur tout un système, mais aujourd’hui on ne fais que développer les inégalités.

La « croissance » aujourd’hui, c’est une dépense d’énergie colossale et une pollution grandissante.

Dans les faits, ce que tu appelles « croissance », c’est une génération de dette et un accroissement de l’argent en circulation rien de plus.

Quand tes parents meurent et que tu achètes un cerceuil, tu développe la croissance. Et même maintenant quand tu achète de la drogue, tu développes la croissance.

https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/drogue-et-pib-combien-pese-le-trafic-de-stupefiants-dans-l-economie-francaise_1981406.html

Il faut changer de boussole.

Restons respectueux de ce qu’on mange, ce sont des êtres vivants.

Un régime végétarien comme tout régime ça s’équilibre.

Un végétarien a moins de problèmes de santé, l’humain moyen non végétarien en consomme 2 fois trop !

Mais :

80% de la forêt amazonienne a été rasée pour servir de pâture au bétail ou cultiver des céréales visant à nourrir les animaux…

Les stocks de gros poisson comme le thon auraient disparu à 90%. Résultat : les prédateurs des plus petits poissons qui vivent plus en profondeur disparaissent

70% de l’eau potable est utilisée pour l’agriculture et la majeure partie pour… l’élevage !

L’abattage des animaux pour fournir de la viande représente plus de 1090 animaux par seconde soit 60 milliards d’animaux tués chaque année.

https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-manger-de-la-viande-est-il-vital-_6920.html

« Non, la viande n’est pas vitale, même si elle apporte un fer qui est particulièrement biodisponible. Mais on peut aussi trouver du fer dans les autres aliments, si on apporte de la vitamine C qui va aider à l’absorption du fer. Le fer qui n’est pas animal est moins bien absorbé que le fer animal, mais la vitamine C améliore son absorption. Le fer de la viande est un atout mais ce n’est pas son exclusivité. On peut trouver du bon fer dans d’autres aliments. »

 

« La viande est un des aliments principaux concernant la vitamine B12. Et si on réduit trop notre consommation de viande, on risque d’avoir des problèmes d’anémie. »

Ne pas consommer de viande est « bon pour la Planète ». Il faut cinq fois plus de céréales et de soja pour obtenir un kilo de viande de bœuf que pour la même quantité d’œufs ou de poulets. Il faut 323 mètres carrés de sol pour produire 1 kilo de viande de bœuf contre 44 pour l’œuf, 16 pour le pain et 6 pour les légumes. Un kilo de viande de bœuf consomme 15 500 litres d’eau alors qu’il n’en faut que 3 300 pour l’œuf, 1 300 pour les céréales et 900 pour les pommes de terre.

Pourquoi devenir végétarien ? 5 bonnes raisons de ne plus manger d’animaux

La bonne question serait « le changement des comportements individuelle est-il suffisant » ? 

Attention à ne pas trop simplifier.

Il y a Bio et Bio. Il y a le label Bio et le marketing Bio.

Comme il y a Local et Local. Du bio cultivé en serre à coté de chez toi plutôt que dans les climats normaux peuvent avoir un impact écologique supérieur.

Qui peut installer des panneaux photovoltaïques à la maison ? Qui peut manger de vrais produits bio ? Est-ce que tout cela est vraiment à la portée du citoyen lambda ? C’est un changement de société qu’il faut. Un changement politique, national ET local.

Et si nous nous étions trompé, et que nous créerions un monde meilleur pour rien ?!
Et si nous nous étions trompé, et que nous créerions un monde meilleur pour rien ?!

Et alors, tu vas te laisser tuer à cause des politiques ?

Pourras-tu te regarder dans le miroir demain ? Que répondras tu à tes enfants ?

On peut créer un monde meilleur, est-ce que ce n’est pas cela le but de toutes vies, être heureux et rendre heureux les autres autour de nous ?

Un jour, je me suis dit que j’étais suffisamment adulte pour assumer mes rêves d’enfant. Je ne voulais plus être l’adolescent(e) qui court derrière des petits plaisirs parce qu’en fait je préfère les grandes joies de la vie.

Sache une chose, si tu me barres la route, je t’écraserai, pour ma survie et celles de ceux que j’aime.

La cigale ayant chanter tout l’été disparaîtra, et je survivrai par ce que je me suis préparé à l’hiver.

Le monde est grand, le monde est beau, j’ai trop de choses à découvrir avant de le laisser disparaître. Je compte bien laisser une belle Terre à mon enfant et un bel enfant à ma Terre.

1)
https://bonpote.com/climat-peut-on-vraiment-faire-confiance-au-giec/

2)

FAQ Collapso 4 : Les préparations, l’imaginaire

Ceci est une FAQ (Foire aux Questions) centrée sur l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle suite à l’effondrement du climat planétaire, des écosystèmes, de la biodiversité, et des réactions en chaîne de tous ces facteurs combinés avec l’épuisement des énergies fossiles.

L’objectif est de réduire le nombre de questions en doublon sur le fil d’actualité des groupes Transition 2030 et Transition 2030 Paris et d’obtenir un document final regroupant toutes les questions possibles et imaginables que vous vous posez sur l’effondrement et la transition avec en plus les réponses de tous pour chaque question.
La création de ce document s’opérera par étapes avec des séries de 10 questions chaque semaine.
Une partie des questions ont déjà été récupérée mais vous aurez la possibilité de poser vos propres questions à la fin de chaque série. Celles-ci seront mises par la suite en attente et
posées aux membres dans une série à venir.

Attention, le document final sera public, dans un premier temps pour T30 et dans un second temps en libre accès au public si une demande extérieure il y a.

Ce sera pas partout pareil, mais en soi l’effondrement est déjà en cours.

Des hommes et femmes, parmi les plus doués, sont aujourd’hui réduit en miette dans leur environnement professionnelle. De burnout en burnout, de suicide en suicide, de vie humaines ou animales détruite, l’effondrement est présent à partir du moment où un être vivant est réduit à l’utilité d’un simple outil.

Mais l’effondrement en lui-même, il se fera probablement par petite touche, de crises en crises, la situation deviendra simplement de moins en moins vivable. Ceux qui resteront dans le système standard, ceux qui ne sont préparer ni physiquement, ni psychologiquement se feront détruire à petit feux.

Certaine crises seront plus violente que d’autre, mais au fur et à mesure, entre les morts et les adaptations, quelques humains seront encore là.

Le prix de l’or

Le prix du pétrole

Le contexte social sur Paris, les votes aux différentes élections.

Les flux migratoires

L’approvisionnement des supermarchés

Mais le principe d’un Cygne noir, c’est bien qu’on ne voit rien venir :/

Personnellement, je suis persuardé qu’on peut s’organiser une belle vie et en harmonie dès aujourd’hui.

En gros, à la question, « Qu’est ce qui pourrait déclencher votre départ ? », je répondrai, je m’en fou je suis déjà parti 🙂

Le fait de devoir bouffer mon voisin pour survivre. Je sais pas de quoi je serais capable.

La faim, nous occidentaux n’avons jamais vraiment vécu une vrai faim.

Les maladies, n’ayant jamais vraiment été malade dans ma vie… le jour ou j’aurais besoin de médicament, ils n’existeront plus

Stress hydrique, incompatibilité des productions agricoles, diminution des qualités de l’air et de l’eau, hausse de la mortalité, migration de maladies et de leurs vecteurs.

Voir les cartes de France

Aucune au global. Les plus stables deviendront les moins accueillantes, les plus accueillantes deviendront les moins stables… En montagne peut être…

Les petites villes en province.

Refaire société, connaitre les gens autour.

Les campagnes.

Voir : Compte rendu, N°2 : Quelle est la meilleure région pour s’installer?

Les grandes villes, si possibles éviter les villes de plus de 100 habitants au Km/2 mais surtout toutes villes qui n’est pas capable d’être autonome en eau et nourritures pour les habitants locaux.

Se former à la CNV, la gouvernance partagé, l’intelligence collective, reconnaitre les plantes comerstimes, la permaculture, la medecine douce, les low-tech. Apprendre à bricoler.

Apprendre à fédérer, participer à des ateliers sur le charisme.

Apprendre à créer un modèle économique, un modèle d’échange, à négocier.

Se constituer un groupe, vivre le plus d’expérience possible ensemble, se disputer, qu’ils aient l’exclusivité de votre attention.

Compte Rendu N°1 : Quelles activités pour son écolieu?

La réhabilitation, la capitalisation et la diffusion des savoirs utiles à la résilience 

L’agriculture écologique

Plan d’amortissement des chocs d’effondrement

Liste d’objets propices au troc (exemples) :

  • Briquets
  • Rasoirs
  • PQ
  • Serviettes hygiéniques
  • Couches-culottes
  • Cotons-tiges
  • Savons de base et savons « luxe »
  • Parfum
  • Quelques dizaines de litres d’essence
  • Médicaments de base
  • Préservatifs
  • Produits d’entretien primaires
  • Alcool de renom
  • Lampe à manivelle ou rechargeable
  • Radio à piles, solaire
  • Ciseaux
  • Bougies
  • Lait en poudre (conservation ?)
  • Calculettes solaires
  • Stylos, crayons, carnets
  • Chambre à air de vélo, rustines et colle
  • Gants de travail (cuir)
  • Toutes sortes de récipients

Ateliers de co-construction de futurs plausibles ainsi que des moyens de les construire.

Parler, échanger, lire, aimer.

Ne pas se poser trop de question, « just do it » !

FAQ Collapso 3 : Les Enfants

Ceci est une FAQ (Foire aux Questions) centrée sur l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle suite à l’effondrement du climat planétaire, des écosystèmes, de la biodiversité, et des réactions en chaîne de tous ces facteurs combinés avec l’épuisement des énergies fossiles.

L’objectif est de réduire le nombre de questions en doublon sur le fil d’actualité des groupes Transition 2030 et Transition 2030 Paris et d’obtenir un document final regroupant toutes les questions possibles et imaginables que vous vous posez sur l’effondrement et la transition avec en plus les réponses de tous pour chaque question.
La création de ce document s’opérera par étapes avec des séries de 10 questions chaque semaine.
Une partie des questions ont déjà été récupérée mais vous aurez la possibilité de poser vos propres questions à la fin de chaque série. Celles-ci seront mises par la suite en attente et
posées aux membres dans une série à venir.

Attention, le document final sera public, dans un premier temps pour T30 et dans un second temps en libre accès au public si une demande extérieure il y a.

Je pense que c’est important, et même normal de vouloir des enfants. C’est une expérience que j’aimerais vivre, un seul enfant.

Tant que l’on se sent capable de subvenir à leur besoins et de gérer leur éducation.

Ce n’est pas une décision facile, mais je pense qu’il faut penser aussi au bien que ce prochain adulte pourra faire autour de lui.  Si nous laissons uniquement les personnes qui ne se posent pas de questions, il ne restera plus que des enfants idiots sur Terre.

Comme dit Pierre Rabhi, « quel planète laisserons nous à nos enfants, quels enfants laisserons nous à la planète ? »

Il faut aussi savoir qu’en cas de pénurie énergétique, ou plus simplement dans l’ancien temps, avant l’existence de la retraite. Ce sont les enfants qui s’occupaient de leur aînées. Il faudra bien quelqu’un pour cultiver nos champs quand on sera trop vieux 🙂  

Bien sûr. La conscience des catastrophes relève (hors cas pathologique) d’une observation rationnelle de la situation. Faire des enfants relève de la morale, des idéaux, des valeurs éventuellement d’un instinct. Bref, rien de raisonnable la plupart du temps. Les 2 sujets évoluant généralement dans des sphères distinctes, ils sont compatibles. 

Dans un premier temps, une crise économique à la façon de la Grèce, des villes qui perdent en population à la façon de Détroit. La disparition des services publics nationaux, et l’apparition de communs au niveau des villes.

Les premières années, l’état cherchera à mettre en place un service agricole obligatoire pour les jeunes, un couvre-feu électrique, des rationnements dans les magasins. Nous verrons réapparaître les marchés noir et les mafias. L’argent papier sera pratiquement la seule en circulation.

Puis, la disparition de l’informatique individuelle, trop chère. Chacun d’entre nous avons uniquement l’équivalent d’un disque dur avec nos données personnelles, quelques ordinateurs publics sont accessible à la mairie, de nouveaux services de cyber-café privée apparaissent. En soi, on s’en sert plus que pour l’administratif.

Les transports en communs sont devenu privée, et ils sont moins récurrent en journée. Les véhicules motorisée individuelle ont disparu. Les transport internationaux ont disparu, les aéroports sont vide, ou utilisé pour se loger.

Enfin, des vagues de chaleurs récurrentes, des morts, des maladies réapparaisse par manque d’approvisionnement des vaccins. Des difficultés d’approvisionnement en eau et en nourritures.

Je vous conseille de regarder la BD, les paysages résilients.

Toujours oui, il faudra cependant prendre ces responsabilités quand à leur protection et leur éducation. Il faut s’attendre à une hausse de la mortalité infantile et des mamans.

Et même s’attendre à moins de naissances à cause du pelvis des femmes qui s’est habitué aux césariennes.

Leur dire la vérité, ils s’adapteront bien plus facilement que nous en pratique, ils n’ont pas à dé-apprendre et à déconstruire leur imaginaire.

Il faut sûrement commencer pas essayer d’être heureux soi-même, les enfants ça suit.

En le rendant autonome, et curieux. Le savoir est la seule ressource qui nous sert à s’adapter, condition essentielle pour être heureux.

Lui apprendre à faire la part des choses entre faire confiance et négocier, savoir cultiver, la valeur de la vie, et la folie de ses ancêtres.

Le stérilet n’est pas très High Tech. Mais la vasectomie est sûrement encore moins high Tech et plus efficace !

Il semblerait qu’il existe des genres de couche pour hommes qui empêche la production de sperme à cause de la chaleur intense qu’elle provoque, mais ça doit pas être super confortable. Sinon l’abstinence ou les préservatif DIY :/

Passer par les voies alternatives. Se retirer avant.

Ça dépend sûrement à quelle échéance. Mais la « prejection de tendance » pourrait amener le réchauffement climatique à rendre l’agriculture quasi impossible un peu partout. Et dans ce cas, c’est le début de la fin.

Ce sera nécessairement un renouveau, la question qui se pose c’est à combien d’être humain. Je doute que tous les être humains disparaissent, nous sommes extrêmement adaptable, mais les conditions de vie auront bien changé.

Potentiellement les 2, notre monde va changer, on s’adaptera, la question c’est de savoir combien de personnes s’adapteront et quelles compétences nous allons perdre.

Rencontrer d’autres personnes convaincu, pouvoir en parler et ne pas être seul. Se rendre compte qu’on est pas tout seul à se poser les mêmes questions.

Voir Transition 2030 Paris (FB), Adopte un Collapso (FB)

FAQ Collapso 2 : Quoi faire ? Mon métier ?

Ceci est une FAQ (Foire aux Questions) centrée sur l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle suite à l’effondrement du climat planétaire, des écosystèmes, de la biodiversité, et des réactions en chaîne de tous ces facteurs combinés avec l’épuisement des énergies fossiles.

L’objectif est de réduire le nombre de questions en doublon sur le fil d’actualité des groupes Transition 2030 et Transition 2030 Paris et d’obtenir un document final regroupant toutes les questions possibles et imaginables que vous vous posez sur l’effondrement et la transition avec en plus les réponses de tous pour chaque question.
La création de ce document s’opérera par étapes avec des séries de 10 questions chaque semaine.
Une partie des questions ont déjà été récupérée mais vous aurez la possibilité de poser vos propres questions à la fin de chaque série. Celles-ci seront mises par la suite en attente et
posées aux membres dans une série à venir.

Attention, le document final sera public, dans un premier temps pour T30 et dans un second temps en libre accès au public si une demande extérieure il y a.

Du point de vue individuel en réduisant son niveau de vie
Du point de vue sociétal, l’inertie risque d’être trop forte de toute façon. Stopper la croissance mondiale est impossible. Ralentir celle de son pays met les autres pays en position de force.

Dans un premier temps, en supprimant le superflu puis le moins utile puis ce qui n’est finalement pas nécessaire.  Imposer progressivement que l’on vive avec notre environnement proche (ie, taxer pour ce que l’on est obligé de chercher à l’extérieur): nourriture, énergie, matériaux de construction…

On peut s’intéresser au minimalisme et se rendre compte qu’on se sens beaucoup mieux sans objets en trop. Rien qu’en se limitant à se dont on a besoin, on gagne beaucoup de temps et d’argent.

Chacun fait ses propres choix selon ce qu’il pense le plus efficace et selon ses propres capacités. Le plus important est de considérer qu’il faut passer à l’attaque à tous les niveaux. Je m’explique: Même si agir au niveau individuel paraît être une goutte d’eau dérisoire dans un océan systémique fou, se lancer dans la consom’action, le boycott, la consommation locale/bio/responsable/équitable, le zéro déchet, le flexitarisme/végétarisme.véganisme, EST IMPORTANT

Il faut faire une enorme pression sur les decideurs. Ce ne sont que des arbitres, si une importante fraction de l’opinion s’oppose à qqch, ils suivront. Les actions locales sont aussi indispensables pour montrer l’exemple, que c’est possible.

Potentiellement, ce n’est pas à nous de le faire, là dessus on pourra pas échapper à la politique, sachant que faire partie d’une associations ou d’une fondation, c’est faire de la politique

Faire payer l’énergie de plus en plus cher avec le volume consommé, l’intérêt financier s’aligne alors avec la sobriété. Imposer par la loi que les externalité négatives soit payées par ceux qui les produisent (pollutions, déchets, voir les traitement maladies mais là, la causalité est dure à prouver).

Remettre une forme de responsabilité dans nos choix de société, pour ressentir nos choix dans nos actions/nos vies et l’environnement.

La transition personnelle est…personnelle. Donc il n’y a pas de réponse objective à cette question qui peut être donnée par quelqu’un d’autre que soi-même. 

Voyez cette transition non seulement comme une goutte d’eau de plus pour l’environnement et le monde, mais aussi comme un exemple positif pour votre entourage

La première étape, c’est de se poser les bonnes questions, puis c’est faire du propre dans sa vie, puis c’est se former, puis constituer un réseau, puis créer ses propres projets, puis inviter les gens à y participer …etc …etc

Commencez par regler les problèmes chez soi avant d’essayer de sauver la planète, sinon vous ferez juste du mal autour de vous, en plus de vous blesser vous même.

Aller vers les autres dès qu’on en a le temps.

Essayer de transformer son emploi et ses collegues, pour tendre vers la bonne direction. Communiquer autour de soi les initiatives.

Rejoindre un projet qui permet d’avoir un complément de salaires puis le faire évoluer jusqu’à devenir indépendant.

Faire le tour de toutes les associations, soir et week-end

améliorer l’efficience énergétique de son foyer, prévoir la résilience de son approvisionnement alimentaire et boissons.

Se renseigner, faire sa transition psychologique. Prendre confiance en soi en bricolant 2/3 trucs Rencontrer des gens

pas dans un premier temps, analyser d’abord l’intéret de cet emploi pour le fontionnement de la société

Si on le peut et si c’est utile

Tout dépend de beaucoup de facteurs

pour certaines personnes, particulièrement celles en situation de précarité économique, culturelle et sociale, il est bien plus difficile de « changer de vie pour participer à un monde meilleur » 

Tout dépend de beaucoup de facteurs: situations financière, familiale, géographique, psychologique, mais aussi compétences de chacun.

Il serait idéal de pouvoir se diriger vers un emploi qui a du sens et qui aide à la résilience

 ne pas quitter son emploi peut permettre d’actionner certains leviers utiles à la transition,

Bref, on ne « doit » pas quitter son emploi, mais on peut le faire si on pense que c’est la meilleure chose à faire, pour soi et les autres.

Chercher IKIGAI.

Quelqu’un me replacera de toute façon, et je serai plus utile et heureux ainsi.

Tous. Un emploi modifie l’environnement, il est « nocif » par essence.

Tout ceux qui poussent à l’enrichissement financier personnel.

Tout ce qui est hors sol (le tertiaire, l’industrie, la finance (hors monnaies locales))

Ceux que l’on a pas créé soit même. Voir les vidéos père riche/père pauvre. Lorsque l’on fait partie d’une entreprise, il est impossible d’exploiter 100% de notre propre valeur, 

Être efficace, ce n’est pas travailler dans une entreprises, c’est travailler SUR une entreprise. (ou plusieurs, c’est plus résilient)

Ceux qui ramènent aux besoins vitaux et collectifs : s’alimenter, être protégé par un toit, créer du lien social.

Tout ce qui est en prise avec la nature: agriculture (naturelle/permaculture), DIY/fabrication, aide aux personnes

– Tout métier artisanal et/ou manuel

– Paysan/Agriculteur

– On aura probablement besoin de beaucoup de conteurs/faiseurs de récits

– Soldat. Je ne pense pas qu’on pourra éviter la multitude de conflits à l’avenir…

Gourou de secte 😉

Cultivateur, médecin, enseignant, ingénieur low-tech

Agriculteur, Facilitateur, Entrepreneur, …etc Surtout faire du réseau,

Faire des animations de la sensibilisation, ou travailler dans la rénovation énergétique des batiments. Ou alors jouer le cheval de troie dans la finance ?

En se regroupant avec d’autres personnes qui ne sont pas dans la même situation.

Chercher à se former avec du WWoofing, en apprentissage (hébergé par le formateur contre service).

Répondre aux annonces

En envisageant de quitter les villes, définitivement

Financer un habitat léger (Tiny House, Van aménagé), pour économiser.

Il y a 3 types de monnaies dans la vie :

  • L’argent
  • Le temps
  • L’attention

Quand on a pas d’emploi, on a plus de temps et d’attention, si on l’investi au bon endroit

Quand on est à la rue => Woofing, ou Aller faire un tour sur une ZAD

Par un système qui met non pas en avant une croissance matérialiste et économique, mais plutôt une régénération des sols et des écosystèmes, 

C’est une fausse question, si vous n’avez pas d’impact dessus, passer à autre choses !

Sinon : Décroissance, Stabilité, Responsabilité, limitation des naissance (attention ne pas confondre limitation et contrôle) 

Commencer par le lobby dans les communes. Pousser à la création de comités citoyens pour donner à tous l’occasion d’avoir un pouvoir de décision.

 Faire pression sur le monde politique.

En montrant l’exemple donc en commençant par soi, puis en élargissant.

Arrêter de croire que cela viendra des politiques : impossible. Il faut agir et montrer l’exemple, s’auto-organiser au niveau local 

Il faut mobiliser tous les talents.

Créer des symboles et des leaders. Faire rever les gens, arriver à montrer que vivre dans la conception écologique est bien plus confortable et humain que de se faire exploiter pour se divertir. En somme, rendre les gens moins aliénés 

FAQ Collapso 1 : Quel est le problème ?

Ceci est une FAQ (Foire aux Questions) centrée sur l’effondrement de la civilisation thermo-industrielle suite à l’effondrement du climat planétaire, des écosystèmes, de la biodiversité, et des réactions en chaîne de tous ces facteurs combinés avec l’épuisement des énergies fossiles.

L’objectif est de réduire le nombre de questions en doublon sur le fil d’actualité des groupes Transition 2030 et Transition 2030 Paris et d’obtenir un document final regroupant toutes les questions possibles et imaginables que vous vous posez sur l’effondrement et la transition avec en plus les réponses de tous pour chaque question.
La création de ce document s’opérera par étapes avec des séries de 10 questions chaque semaine.
Une partie des questions ont déjà été récupérée mais vous aurez la possibilité de poser vos propres questions à la fin de chaque série. Celles-ci seront mises par la suite en attente et
posées aux membres dans une série à venir.

Attention, le document final sera public, dans un premier temps pour T30 et dans un second temps en libre accès au public si une demande extérieure il y a.

La croissance infini dans un monde fini,
La perte de sens,
La consommation sans prendre en compte les ressources consommé et son automatisation, l’illusion de son faible coût.

Dans un système clos, si un modèle crois indéfiniment, il fini par imposer de plus en plus de contrainte au fur et à mesure de l’approche des limites.
Dans le cas là, le système fini par s’auto-réguler, de 4 façon possibles :
– Le choix
– La famine
– La guerre
– La maladie

Les effondrement, les éclatements et les pénuries arriverons pour notre génération et nous allons souffrir. Plusieurs effondrements ont déjà lieu aujourd’hui de nombreuses personnes, la question étant quand est-ce que cela impactera la majorité de la population.
Cette fois-ci on ne peut pas l’empêcher, le problème est systémique et mondiale, mais on peut s’y préparer et construire un avenir sain et soutenable dès aujourd’hui.

Avec tout le monde, si on leur laisse le temps. L’avantage de la Collapsologie, c’est que cela touche un peu tout et tout le monde.

Avec les personnes qui connaissent déjà l’effondrement, c’est beaucoup plus simple d’être entendu évidemment. Pour le reste, tout dépendra de la personne, de sa sensibilité, de son rapport avec vous également, enfin de pleins de facteurs.

La question est « Qu’est-ce qu’on attends de l’échange » ? Sensibiliser ?  Débattre ? Agir ?

Il y a deux choses auquel il faut faire attention :

1 – Partir de l’expérience de notre interlocuteur, parler de son domaine

2 – Aller plus loin que la vision en silo pour se concentrer sur les connexion et sur l’aspect systémique du problème.

Débattre avec ceux qui y peuvent quelque chose, et aussi les personnes qui pensent ne rien pouvoir faire alors qu’ils sont exactement là où il faudrait être pour être efficace.

Les entreprises, les écoles, les mairies, les communautés de commune.

Comme dirait Jean Marc Jancovici, il faut cibler les couches intermédiaire, ni trop haut, ni trop bas.

D’abord pour sensibiliser les gens, puis rendre actif les gens sensibilisé mais toujours passif, et les aider là où ils sont le plus efficace.
Pourquoi ? Ne pas faire partie du problème et pouvoir se dire qu’on essaie tous les jours, ne pas avoir de regret.
Pourquoi ? Parce que quel que soit la forme de l’effondrement soit on est encore capable d’en parler et on a encore le contenu de notre tête soit on a plus à s’en inquiéter.
Pourquoi ? Survivre, permettre au personnes que j’apprécie de vivre.
Pourquoi ? Ne pas être seul.

Pourquoi te lèves tu tous les matins ? Parce que personne ne le fera à ma place littéralement parce que c’est ma place. C’est un pur hasard qui fait que je suis là aujourd’hui, je suis comme tout le monde, mais une succession d’événements ont fait que j’en suis là, maintenant soit ça marche, soit on aura tout essayé 🙂

« L’idée est de se préparer mentalement à un effondrement inéluctable. De façon à être prêt physiquement et surtout mentalement. Parce que cette préparation ne sera plus du tout possible lorsque cela aura lieu, on aura bien d’autres priorités. Et des gens auront besoin à la fois de motivation et de réponses.
Parce qu’il y a certaines choses que l’on voudrait garder de notre mode de vie actuel . »

« Tout le monde, mais en priorité ceux qui compte pour nous, non pas pour les convaincre, mais pour qu’ils nous comprennent. »

Pour revenir à la question, je dirais les personnes qui ont une certaine échelle d’action/un certain pouvoir: politiciens à l’échelle locale du type maire, tout ce qui est média local également a son importance puisqu’ils ont rôle sur la diffusion de l’information et sur les récits (l’imaginaire public est aussi un vrai combat à mener pour éviter des massacres).

Ma famille évidemment, pour les pousser à faire les meilleurs choix pour qu’ils s’en sortent (je les aime quand même hein).

Les maires.

Aller là où il sont, parler avec leurs mots.

Ce dont les gens ont besoin aujourd’hui :
– Quoi faire ?
– Comment faire ?
– Avec qui le faire ?
En vrai, les réponses sont facile à trouver, mais les gens ont besoins des bonnes questions ! Surtout parce que sinon, les gens ont tendance à amener leurs problèmes personnel dans les projets, chacun doit prendre ses responsabilités avant.

Pour avoir le temps de répondre à ces questions, ils leur faut du temps. Jeter sa télé, mettre en place une ambiance plus saine à la maison, proposer le minimalisme, juste donner envie de s’améliorer un peu tous les jours.
Rendre ces opérations ludique, donner un prix à l’éthique (IBoycott) ou plus simplement leur donner l’impression de perdre de l’argent s’ils ne le font pas.

Exemple : Depuis le 1er janvier 2003, la majorité des boissons allemandes sont consignées : elles sont payées un peu plus cher par le consommateur qui peut ensuite récupérer son dû en rapportant les récipients en magasin.

« Chacun lance ses projets, ses idées et peut venir chercher un peu d’aide et d’écoute.
Un lieu de partage d’idées et de contacts. Un genre de speedDating.

Au début, les gens ont juste besoin d’en parler, après il faut les rapprocher vers les actions qui leur semble le plus pertinent à leur yeux. »

Tout ce qui peut amener les gens hors de chez eux pour se rencontrer.

A noter que ces événements ne peuvent fonctionner que sur du bouche à oreille ou de personnes à personnes (grâce notamment aux réseaux socios), ce qui me parait être l’échelle parfaite

Comment sensibiliser plus de monde aujourd’hui

Les outils que j’utilise, cibler ceux qui peuvent devenir exponentiel :

– LE JEU, le jeu de société, retrouver une ambiance social, former et sensibiliser les gens avec des jeux sur l’écologie ou les possible crises qui viennent, donner des outils que les gens puisse amener chez eux pour en parler à leur tour

> Pour ceux qui sont content de leur vie aujourd’hui et qui ne s’inquiète de rien, les faires jouer avec les mecanismes du monde.

> Exemple : En’Jeux Communs, Terrabilis

– LE CHOC, la peur, sous forme de désobéissance civile, ou les chiffres froids de la science, la collapsologie. Un électrochoc sert à provoquer une réponse, ce n’est pas toujours la réponse qu’on attend au début, mais c’est juste pour mettre en mouvement, ne pas laisser indifférent, parce qu’on a plus le temps.
Tel un vaccin, il faut stresser suffisement le système pour générer des anticorps, puis laisser reposer et passer à un autre outil.

> Pour ceux qui connaissent le problème mais ne change pas leur mode de vie, ou qui nie le problème.

 L’EXEMPLE, montrer ceux que les gens peuvent faire à leur echelle et la « declicologie », inviter des gens non sensibilisé dans des collectifs déjà actif

> Reduire la taille de la marche et être fier de soi, ça marche bien en entreprise ou dans les petites collectivités et groupe de travail

ex : Renaissances

– la MAÏEUTIQUE et la questiologie, aider les gens a trouver eux même les réponses, poser les bonnes questions au bon moment, retrouver l’IKIGAI, aider les gens à trouver leur raison de vivre (Ce qu’ils aiment faire, Ce en quoi ils sont doué, Ce qu’un client pourrait acheter, Ce dont le monde a besoin)

> Pour ceux qui se sentent bloqué aujourd’hui ou qui ne savent pas par où commencer, ou encore pour mettre en avant les incohérences et les priorités dans sa vie, au cas par ca, en face à face

ex: C’est une bonne question

– LE RECIT, mettre à jour l’imaginaire des gens, donner envie de participer à une histoire, changer le récit actuellement dominant «dogme de la croissance».

> Pour donner envie aux gens d’apprendre par eux même, expérimenter, on est en train d’écrire une grande histoire et chacun à une page à écrire, en relation avec le livre complet (voir Le code Social, « Chez nous »)

Les lois, se mettre d’accord en société, implique un grand travail pédagogique, de lobbying, de politique

– L’humour, mettre le doigt sur les incohérences du système et faire passer des messages très lourd, enseigner des leçons longue sans accroc, sans excès de sentiments, et sans ennui.

> Une assemblé venu assister à un divertissement, jouer sur l’éloquence, convaincre et former, inviter les gens à faire passer le message.

 L’art, la musique, l’imaginaire, soutenir l’image du monde et faire passer un message à un public large

> Pour tout le monde, synchroniser les images, les attentes, les calendrier,les volontés, cela permet d’avancer d’une seule voix sans avoir à se concerter.

– Un site web, forum, wiki ou reseau social libre, des outils pour travailler et rassembler les connaissances, puis les repartagers, faire jouer l’intelligence collective

> Pour des groupes organisé ou souhaitant s’organiser, étandre un mode de travail horizontal

> Exemple: Framavox, Collectif Chez Nous (TalkSpirit), Discourse (forum)

– Les formations, les conférences

– Les coaching en groupe (utiliser l’appartenance au groupe)

– Les médias / Les publicités

– Il y a aussi la provoc, la dynamite, la fenêtre d’Overton, l’intransigeance etc. qui marchent bien avec ceux qui exercent un minimum d’exigence critique et d’honnêteté intellectuelle, mais peut-être sacrément improductive avec des gens déjà convaincu et qui subissent déjà les difficultés du quotidien.

[…]

Pour sensibiliser nos proches :

Personnellement, j’ai laissé d’autres personnes que moi en parler, mais j’ai fait un programme personnalisé pour les personnes que je voulais toucher, ici mes parents.

> D’abord, j’ai offert le livre Demain, dans le but que mes parents s’intéresse à l’écologie en général.

> Puis une clé USB avec des vidéos, pour qu’ils puissent les regarder quand ils voudront, assez progressivement entre le développement personnel, la culture populaire, la permaculture et des vidéos de Jean Marc Jancovici.

> Puis je leur ai fait rencontrer des connaissances, des amis, des lieux, mes projets positif, et enfin des discussions sur « l’effondrement » ou au moins ce que cela implique dans mes projets, raconter mon quotidien.

> Je leur ai prêter le bouquin « Comment tout peut s’effondrer » bien après, un an après presque, pas quand j’en avais envie/besoins, mais quand ils étaient prêt.

Prochaine étape les rendre actifs dans mes projets, récemment c’est ma mère qui a proposé d’acheter une terre cultivable !

Passer un moment sur une feuille pour
planifier quel information donner à quel moment.

Ce dont les gens ont besoin aujourd’hui :

– Quoi faire ?

– Comment faire ?

– Avec qui le faire ?

En vrai, les réponses sont facile à trouver, mais les gens ont besoins des bonnes *questions* ! Surtout parce que sinon, les gens ont tendance à amener leurs problèmes personnel dans les projets, chacun prend ses responsabilités.

Je suis personnellement persuadé que tous les contenus médias dont on a besoin ont déjà été produit ou seront produit, ce qu’il faut c’est leur donner de la visibilité (exemple: à travers T30 National), une fois l’information produite.

A LIRE, POSOLOGIE :

Ce n’est pas par les arguments que l’on convainc qui que ce soit, c’est en les invitant à se rapprocher et leur faisant passer un bon moment (ou intéressant). Ateliers, repas, vidéos, livre, jeux de sociétés (ex: Terrabilis), dans tous les cas c’est à eux de faire le chemin. Ce que je veux dire, c’est que c’est qu’il faut plus qu’une heure de débat, même avec les bon « arguments ».

Il faut prendre le temps d’en discuter, demander ce temps, on ne convainc personne sur l’effondrement s’il n’est pas là pour écouter spécifiquement ce sujet. C’est trop important pour le faire au détour d’une conversation. Et surtout, partir de notre propre expérience, et surtout pas des chiffres. Les actes sont diablement plus efficace que la parole. Il faut être, non pas un exemple ou un modèle mais juste la preuve vivante que c’est possible de modifier ses habitudes et d’évoluer vers de nouvelles compétences.

Si le but est de provoquer un « Choc« , ce qui peut être utile, voir « La Fresque du Climat« .
Si le but est de faire ressortir une incohérence, la maïeutique, aller voir la Questiologie.

Voir les objectifs S.M.A.R.T :

FAQ COLLAPSO